Manuel et règles sur la méthode pour concevoir et placer une cache

Suite à une série de recherches (fructueuses ou non), vous désirez placer votre propre geocache. Superbe!

* Très important: configurer votre récepteur GPS au format WGS84 et hddd"mm.mmm.

Etape 1 – Allez à la recherche d’une bonne planque pour la cache

Le geocaching, c’est comme l’immobilier: c’est la situation qui compte! Lorsque vous êtes à la recherche d’un endroit où dissimuler une cache, pensez à ceci :

L’endroit est-il facile d’accès?

Si l'endroit se trouve à une dizaine de mètres d’une route, il y a de grandes chances que la cache disparaisse ou que le contenu en soit volé. Cherchez plutôt un endroit difficile d’accès, de préférence uniquement à pied.

La cache est-elle facile à trouver?

Beaucoup de caches vandalisées étaient trop faciles à trouver et trop près d’une route (cache de type « drive in » ), ce qui augmente la chance d’être découverte par un non-géocacheur. Dans cet esprit, ne publiez pas de photos « spoiler » trop explicites qui trahissent la position de la cache de telle manière qu’on puisse les trouver même sans GPS.
En revanche, ne rendez pas la recherche impossible : l’objectif n’est pas de faire effectuer une fouille archéologique ! Vous pouvez enterrer la cache à quelques centimètres du sol, mais de manière a ce que les géocacheurs sachent où chercher grâce à la description, ou dissimulée sous quelques pierres, branches ou feuilles. Rien ne vous empêche d’ajouter un plan, un dessin ou une photo à la description, ou des indices sur place - faites fonctionner votre imagination!

La règle la plus importante: respecter la nature!

Enterrer entièrement une cache n’est pas autorisé, à moins d’en solliciter la permission du propriétaire des lieux. Seulement quelques endroits sont autorisés pour un enterrement de cache, par exemple dans des remblais en sable ou sur la plage, mais pas dans les dunes !
Il n’est pas autorisé d’enterrer une cache dans une réserve naturelle. Une cache génère une certaine activité (piétinement, bruit, ...) qui peut être néfaste à un environnement fragile. Plus la cache est difficile a trouver, plus grande sera l’activité (et son rayon d’influence).

Le mieux, dans une zone naturelle, est de couvrir la cache de branches ou de feuilles, publier photo avec la description, ...

Domaines privés et réserves naturelles

Si vous souhaitez placer la cache sur un domaine privé, il faut alors en demander la permission préalable au propriétaire.

Important!
Indiquez dans ce cas dans la description de la cache qu’il s’agit d’une propriété privée ou d’une réserve naturelle, et qu’une autorisation a été accordée pour la pose de la cache. Indiquez également qui est le propriétaire des lieux.
Sans ces informations, une cache peut être retirée !

Il est par ailleurs interdit de placer une cache dans une réserve naturelle protégée.

Avant de placer une cache dans une réserve naturelle (protégée), une autorisation est toujours requise.
En Région Wallonne, le Département de la Nature et des Forêts vous explique ce qui est permis et interdit et en région Flamande, l'Agentschap voor Natuur en Bos vous expliquent ce qui est permis et interdit. Voir ici.
Consultez également le texte-cadre "Geocaching et protection de la nature" sur la home page de geocaching.BE.

Vous êtes responsable de votre cache, ayez donc une attitude... responsable!

Ne placez jamais votre cache sur la berme centrale d’une autoroute, ni sur le talus d’un chemin de fer.

Restez au minimum à 25 mètres de là. Pensez à l’imprécision de votre GPS.
Ne dissimulez pas de cache dans des zones protégées ni dans des endroits interdits. Communiquez, là où nécessaire, les éventuels dangers des environs de la cache dans la description.

Bref, utilisez votre bon sens!

En définitive, vous rechercherez tout de même un endroit un peu unique en son genre. La plus grande récompense pour les géocacheurs, en dehors du fait de trouver la cache, est la découverte de l’endroit. Un point de vue, une vallée pittoresque, un lieu historique, etc. sont de bons endroits pour cacher le trésor.

Etape 2 - La conception d’une cache

Il vous faut tout d’abord un contenant pour y mettre le trésor. L’étanchéité est importante. Les boîtes plastiques hermétiques font parfaitement l’affaire.
Soyez créatifs! Une bonne cache, en combinaison avec une bonne situation, sont la clé pour recevoir de nombreuses visites grâce aux commentaires positifs des premieres visiteurs.

Ensuite, il vous faudra un logbook et un crayon. Un petit carnet fera l’affaire. N’oubliez pas le crayon (et le taille crayon) car les géocacheurs ont la fâcheuse habitude d’oublier de quoi noter. (Remarque: Le bic est déconseillé en raison du gel et de l’humidité qui le rendront vite hors d’usage)

Un élément très important d’une cache est la lettre de bienvenue, qui contiendra un mot d’accueil pour les visiteurs et informera un éventuel intrus sur le concept du geocaching (permettant peut-être même d’en faire un nouvel adepte!)

Et enfin, les incontournables objets d’échange qui ajoutent un intérêt au jeu. Quelques idées d’objets qui conviennent particulièrement :

  • Une camera jetable : demandez à tous les visiteurs de prendre une photo d’eux-mêmes. Faites ensuite développer le film et publiez-le sur geocaching.com
  • Petits jouets : jeux de carte, quelques Legos, images de collection, ...
  • Euros, devises, ...
  • Sacs de graines, figurines Iles de Paix, ...

Rappel: pas de nourriture même emballée, cela attire les animaux. Rien de dangereux (médicaments, lames, ...), rien d’illégal (drogues, ...).
Le contenu dépendra du budget que vous y consacrez, mais de manière générale, évitez les objets sans valeur qui n’intéressent personne. Cependant, malgré la consigne de toujours placer un objet d’une valeur supérieure à celui que l’on emporte, vous pourriez observer au fil des visites une perte de valeur globale de votre cache. Par exemple, une cache outre-atlantique contenait au départ (entre autres) un notepad. Celui-ci a été échangé contre un maigre billet de banque, lui-même échangé contre une pièce «de collection», cette dernière finalement remplacée par une figurine d’une chaîne de restauration rapide...
Considérez donc les objets que vous placez dans la cache comme cadeaux. A l’inverse, une cache peut prendre une certaine valeur. Exemple: une cache à thème, qui a pour but de rassembler les pièces du plus de pays différents possible. Méfiez-vous néanmoins du geocacheur anonyme qui viendrait impunément tout rafler!

Etape 3 – La planque d’une cache

Lorsque vous avez décidé du lieu où planquer la cache, il n’est pas toujours évident de prendre les bonnes coordonnées GPS. Il est pourtant très important de pouvoir publier les coordonnées les plus exactes possibles, de manière a réduire l’imprécision que rencontreront les geocacheurs. Plusieurs conseils à ce sujet :

  • laisser le GPS allumé quelques minutes à l’endroit précis de la cache, si possible en hauteur.
  • Attendre que la position affichée se stabilise et qu’un maximum de satellites (plus de 6 de préférence) soient utilisés avant de l’enregistrer.
  • S’éloigner de 100 m et revenir sur les lieux pour vérifier la position.
  • Si celle-ci diffère, l’enregistrer et répéter l’opération plusieurs fois. Publier la moyenne des positions obtenues.
  • Si seulement 4 a 5 satellites sont disponibles, revenir un autre jour pour reprendre la position.
  • Si la cache est sous des feuillus, revenir prendre la position l’hiver pour plus de précision.

Une fois les coordonnées déterminées, inscrivez-les sur la cache, dans le logbook, et enregistrez-les pour publication sur geocaching.com

Etape 4 – Publication de la cache

Cela ce fait via geocaching.com. Il vous faudra vous y enregistrer avant tout.